Cela faisait des années que la RD Congo, son pays d’origine, tentait de le séduire plus ou moins ouvertement. Claude Le Roy, alors sélectionneur des Léopards, avait essuyé quelques refus. Florent Ibenge, son successeur, a réussi à s’armer de patience pour que Gaël Kakuta, un ancien espoir du football français, finisse par succomber à ses avances. Né à Lille, formé à Lens, transféré à Chelsea en 2007 alors qu’il n’avait que 16 ans, prêté à six reprises par les Blues (Fulham, Bolton, Dijon, Vitesse Arnhem, Lazio Rome et Rayo Vallecano) et enfin vendu au FC Séville, qui l’a cédé au bout d’un an au bien nommé club chinois d’Hebei Fortune FC, Kakuta y touche un salaire confortable… à défaut de tutoyer le très haut niveau.

A 25 ans, le milieu de terrain offensif a fini par abandonner l’idée qu’il ne jouerait jamais pour l’Equipe de France, son objectif suprême, lui qui avait porté le maillot tricolore dans les catégories de jeunes. Cet été, Gaël Kakuta

 

Un choix intelligent, puisque la RDC, qui vient de se qualifier pour la CAN 2017 et vise un billet pour la Coupe du Monde 2018, est actuellement l’une des meilleures sélections d’Afrique. Attendu à Kinshasa la semaine dernière pour régler certains détails administratifs, Kakuta, blessé, a reporté son voyage.

« Mais on espère que cela sera vite réglé. Normalement, il faut compter environ trois semaines pour que la FIFA valide le dossier de changement de nationalité sportive. Si tout va bien, il sera qualifié pour jouer début octobre contre la Libye en éliminatoires de la Coupe du Monde », explique Théo Binamungu, vice-président de la fédération congolaise (FECOFA), en première ligne sur ce dossier. Un match qui aura lieu à Kinshasa. Pour un retour aux sources, Kakuta ne pouvait pas rêver mieux…
#lemonde#Rdcongoleopardsfoot.com#

Laisser un commentaire

comments