La participation des Léopards à la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) appartient désormais au passé ; grande a été la frustration des supporters et des spécialistes du football africain après l’élimination de la RDC en quart de finale. Mais la participation RD-congolaise a suscité de l’espoir pour les jours à venir, la CAN a fait émerger des valeurs sur lesquelles les Léopards peuvent asseoir leurs succès futurs. Parmi elles, il y a Paul-José Mpoku, double buteur contre le Togo en dernière journée des groupes et contre le Ghana en quart de finale. En quatre matchs officiels avec les Léopards, il compte quatre goals sans compter des passes décisives. Pour un confrère belge, Paul-José Mpoku est la plus belle pioche de la RDC parmi ses binationaux.  Le joueur de Panathinaikos en Grèce revient pour sa part sur ce qu’a été sa première expérience, à la CAN Gabon  2017.

La CAN est passée et c’était votre première participation. Vos impressions ?

Paul-José Mpoku : C’était une très belle expérience. J’estime que nous avons fait une bonne Can, même si on reste sur notre faim…

Comment avez-vous trouvé le niveau de cette compétition sur le plan technique, vous qui découvrez le football africain ?

Techniquement, c’était d’un très haut niveau ; j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de joueurs ayant été formés en Europe qui rejoignent les sélections nationales en Afrique. D’ailleurs, on ne pouvait pas prédire qui soulèverait la coupe.

 Vous avez été remplacé contre le Ghana en quart de finale et l’on a pensé à une blessure…

Je n’étais pas blessé, mon remplacement était tout simplement la décision du coach…

Au premier tour, vous avez fait une belle entrée sur l’aire de jeu contre le Togo, entrée ponctuée par une somptueuse balle arrêtée pour le 3-1…

Le coach a décidé de me faire jouer ce match contrairement aux deux précédents. En tant que joueur, c’est difficile, car notre envie principale est d’être sur le terrain. Je suis rentré avec la détermination d’apporter un plus à l’équipe et de montrer que j’avais aussi des capacités.

Qu’est-ce que vous vous disiez intérieurement du fait de ne pas avoir été titulaire près de cinq matchs en sélection ?

Je me disais qu’il fallait continuer à être patient, à travailler et surtout à persévérer, et quand l’opportunité viendrait, il fallait la saisir et montrer de quoi je suis capable.

Le match de quart de finale contre le Ghana a été votre premier match en tant que titulaire à la Can 2017. Personnellement qu’est-ce que vous en retenez ?

Je reste un peu sur ma faim, car je pense qu’on méritait plus que cette défaite au vu du match que nous avons livré. Le Ghana a gagné par expérience, mais cela nous apprendra pour la suite.

Ce match a été aussi la première défaite de la RDC en match officiel après avoir passé toute l’année 2016 sans défaite, qu’est-ce qui n’a pas marché ?

Je ne pense pas que quelque chose n’ait pas fonctionné, c’est juste, selon moi, des faits de match que nous avons mal gérés, et comme je l’ai dit auparavant, nous avons appris de nos erreurs et nous ferons en sorte de ne plus les refaire pour les prochains matchs.

Très déçu, certains supporters ont porté des critiques acerbes sur le coach Florent Ibenge et Dieumerci Mbokani…

Concernant Mbokani, ce que je peux dire c’est qu’il a marqué énormément de goals durant sa carrière, tout comme il en a certainement raté. Il en marquera encore et il en ratera encore. Le fait de le critiquer n’est pas la meilleure des choses à faire selon moi. Lorsqu’il en marquera encore, ces mêmes personnes l’ayant critiqué l’acclameront à ce moment-là, c’est important de toujours rester positif, tout comme pour le coach Ibenge, il fait des choix, parfois bons, parfois mauvais comme vous et moi.

 La plupart des spécialistes du football voyaient la RDC en finale de la Can, qu’en dites-vous ?

Nous nous voyions aussi en finale parce que nous voulions cette coupe. Je pense que nous avons mis toutes nos chances pour y arriver, même si malheureusement nous ne l’avons pas eue. Nous restons positifs et savons qu’elle n’est pas très loin…

Les éliminatoires de la Can 2019 débutent en juin avec le Congo Brazzaville, le Zimbabwe et le Liberia. Votre commentaire sur ce groupe ?

Il n’y a plus de groupes faciles dans le football moderne, nous allons tout faire pour essayer de nous qualifier.

Et la double confrontation avec la Tunisie pour le compte des éliminatoires Russie 2018 ?

Ca va être deux matchs très importants, car notre objectif principal est la coupe du Monde 2018. On sait quel impact ça aurait si nous gagnions les deux matchs aller-retour.

Le milieu offensif international congolais du Panathinaikos en Grèce est incertain avec les Léopards qui affrontent ce dimanche 26 mars en match amical leurs homologues kenyans à Nairobi. Dans une vidéo postée sur la page Facebook de son club formateur, le Standard de Liège de Belgique, » Polo » comme on le surnomme, a annoncé lui-même cette nouvelle. Il souffre des douleurs musculaires# Franklin Sidney Mahuku#Rdcongoleopardsfoot.com#

Laisser un commentaire

comments