Constant Selemani Omari et Augustin Sidy Diallo, envoyés respectivement de la Fédération Internationale de Football Association (Fifa) et de la Confédération Africaine de Football (CAF) qui ont supervisé le 9 juin dernier, l’assemblée générale élective de la Fédération béninoise de football (FBF) sont recherchés par la justice béninoise. Des mandats d’arrêt internationaux ont été délivrés contre les deux personnalités. Il en est de même pour les membres du bureau élu de la Fédération béninoise de football (FBF) ainsi que tous les membres du CONOR. Il leur est reproché l’organisation du congrès électif de la Fédération béninoise de football (FBF) qui s’est tenue le Vendredi 10 juin dernier malgré l’ordonnance d’interdiction N°76/PI-PN/2016 rendue la veille, le jeudi 09 juin 2016 par le Tribunal de Première Instance de Porto-Novo.

Jeudi dernier, ces différents acteurs ont été invités à venir s’expliquer devant les juges, ce qu’ils n’ont pas daigné faire, se contentant d’envoyer leur avocat conseil. Blessé dans son amour propre, le juge a lancé un mandat  d’arrêt contre les membres du bureau de la FBF, ceux du Conor, ainsi que Zéphyrin Déguenon. Le président de la Fédération congolaise (Fécofa), Constant Omari, et son homologue de la Fédération ivoirienne (FIF), Sidy Diallo, émissaires de la FIFA et de la CAF au dit congrès, écopent eux d’un mandat d’arrêt international. Les clefs d’accusation qui pèsent sur eux sont les suivants : violation des textes, faux et usage de faux et refus de collaborer avec la justice béninoise. La gendarmerie béninoise, la police et les autres corps impliqués sont mis au courant pour le respect de cette décision selon le juge. Les prochains jours nous en diront davantage sur cette actualité. Et les yeux sont tournés vers Zürich et la FIFA, qui pourrait envoyer une correspondance.#Finafa H#Gilles Biguezoton#Rdcongoleopardsfoot.com#

 

Laisser un commentaire

comments