Soufrant d’une « gonarthrose tricompartimentale du genou gauche », Pierre Ndaye Mulamba, ex-international congolais détenteur du record de buts inscrits lors d’une Coupe d’Afrique des nations, doit se rendre à l’étranger pour des soins appropriés, selon son médecin qui a établi, fin juillet, une attestation médicale allant dans ce sens. Mais depuis, rien ne bouge.

« C’est triste ! Nous attendons que le gouvernement débloque les fonds nécessaires pour que M. Ndaye soit transféré dans un centre médical approprié à l’étranger », confie, lundi 24 octobre à Jeune Afrique, Me Alain Makengo, avocat de l’Association des anciens champions d’Afrique et mondialistes.

Pierre Ndaye Mulamba, âgé aujourd’hui de 67 ans, a fait partie de la sélection de la RD Congo, alors Zaïre, vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 1974 en Égypte. Lors de la finale aller-retour face aux Chipolopolos de la Zambie, l’attaquant zaïrois avait inscrit quatre buts. Ce qui lui avait permis alors de terminer le tournoi avec neuf réalisations ! Un record jamais égalé dans l’histoire de la CAN.

Quarante-deux ans plus tard, comme la plupart des autres Léopards, Ndaye Mulumba vit dans des conditions difficiles. Selon une attestation médicale datant du 30 juillet 2016, le recordman des buts inscrits en une phase finale de la CAN « présente une gonarthrose tri-compartimentale de son genou gauche ».

« Cette pathologie nécessite une prothèse totale de genou que nous ne disposons pas (sic) pour le moment en RD Congo », explique son médecin pour justifier la nécessité du transfert du patient « vers un milieu hospitalier mieux équipé (à l’étranger) ».

attestation-mdicale-de-lexinternational-congolais-ndaye-mulamba-1-638

En attendant que les autorités du pays prennent en charge son transfert, Ndaye Mulamba est hospitalisé depuis le 28 septembre à la clinique Ngaliema de Kinshasa. D’après nos informations, le ministère de la Santé a déjà donné son feu vert pour permettre à l’ex-international de quitter le pays. Problème : selon une source proche du dossier, le coût de cette prise en charge médicale à l’étranger atteindrait les 50 à 60 000 dollars, voyage au Maroc, en Afrique du Sud ou en Inde compris.

Quand cette somme pourrait-elle être débloquée ? Le ministère des Finances dit n’avoir pas été, jusqu’ici, saisi du dossier, ce dernier devant d’abord passer par le ministère du Budget pour déterminer le montant. Le malade devra prendre son mal en patience.

Laisser un commentaire

comments