Cédrick Bakambu ouvre (50’), Al Musrati Al Motassam équilibre(69’), Firmin Mubele Ndombe assène le coup de massue (74’). Une victoire, cependant refroidie par celle, en terre étrangère également, de la Tunisie sur la Guinée-Conakry (4-1). Russie 2018 s’est réellement éloignée des Congolais…

Ils ont effectivement fait leur boulot, les poulains de Florent Ibenge Ikwange comme le recommandait du reste ce dernier à tous ses briefings de stage de El Jadida à celui d’avant-match. Ils devaient y croire fort et refuser tout suicide au stade Mustapha Ben Janet de Monastir en Tunisie, ce samedi 7 octobre 2017 face aux Chevaliers de la Méditerranée de la Libye.

D’entrée de jeu, le Onze de départ congolais, totalement remanié par le sélectionneur principal de la RD Congo, Jean-Florent Ibenge Ikwange, s’est illustré par un pressing sans pariel, assorti du reste des occasions nettes de scorer, dans les premières minutes de jeu. De chaudes alertes dans les lignes défensives des Chevaliers de la Méditerranée, restées cependant sans but. Bakambu, dans la petite surface, hérite d’un service doré de Chancel Mbemba mais, son ballon préfère la ligne de fond hors cadre.

Mubele, toujours dans la surface sur le flanc gauche est accroché mais refuse de s’étaler… On pouvait bien bénéficier d’un penalty mais, c’était perdu cash. Quelques temps après, en contre-attaque, Neeskens Kebano se retrouve seul face au portier libyen. Ce dernier, Azzadah Ahmed qu’il s’appelle, dans l’un de ses meilleurs jours, remporte le duel face à l’attaquant congolais. Jordan Botaka, très en verve sur l’aile droite, s’infiltre à son aise mais, c’est la dernière passe qui fait défaut…

Les Léopards alignent une série des corners, tous improductifs. Ils ont failli cependant, à deux reprises, se faire surprendre par le remuant avant-centre de soutien libyen, El Houni Hamdou autre Al Zawi Akram. Au terme de ce spectacle des ratés de part et d’autre, l’arbitre central sénégalais, Malang Dhiediou et ses deux assistants du même pays, Djbril Camara (A1) et El Hadj Malik, renverront les deux équipes dans les vestiaires sur un nul blanc (0-0).

La reprise se dessine sur le même rythme que la fin de la 1ère période. Cette fois-ci, dans un cafouillage, une belle partie de billard dirait-on dans la surface de réparation que Cédrick Bakambu, en fin renard des surfaces, trouve la lucarne et délivre les léopards de la terrible étreinte des Chevaliers de la Méditerranée. On est à la 50’. Les Congolais dansent le mythique traditionnel « Fimbu » (1-0).

Loin d’avoir gagné la partie, les Léopards perdent peu à peu le contrôle dee initiatives de jeu et laissent les Libyens manœuvrer quelque peu à leur aise près d’un quart d’heure durant. Ils en tirent bénéfice au terme d’une superbe action collective, Al Musrati Al Motassam, servi à l’orée axiale de la surface de réparation ne se fait pas prier en fusillant, d’un boulet de canon d’une rare puissance, Ley Matampi Vumi qui n’a senti que du vent siffler fort dans ses orielles pour l’égalisation libyenne à la 69’ (1-1).

Tout était remis en cause côté congolais. Surtout que les échos de Conakry annonçaient un avantage au score de la Tunisie sur la Libye (2-1). Jean-Florent Ibenge Ikwange comprend qu’il faille procéder aux premiers changements. Dabord la sortie de Jordan Botaka qui a laissé sa place à Junior Kabananga Kalonji (64’) et ensuite, Neeskens Kebano, remplacé par Jonathan Bolingi Mpangi à la 72’. Coaching payant dirait-on car, à la 74’, une fois de plus dans un cafouillage dans la surface de réparation, Firmin Mubele Ndombe, du peid gauche, dévie un ballon dans le fond des filets libyens (2-1).

But de la délivrance pour la RD Congo, but de la victoire finale mais, sans incidence décisive sur la course à la qualification à la coupe du monde Russie 2018. Car, à Conakry, les Aigles de carthage ont survolé le Sylli national de la plus belle manière en gardant le leadership du groupe. Avec leurs deux deniers matchs à domicile, la RD Congo recevant la Guinée et la Tunisie le petit poucet, la Libye, à la maison, il est désormais interdit de rêver à une qualification de la RD Congo en Russie 2018. Mais, on est réellement passé à côté de l’exploit… La prochaine serait peut-être la bonne !

Cédric Bakambu, regrette le fait la victoire n’a pas été suffisante pour doubler la Tunisie, mais ne veut toutefois pas désarmer avant la dernière journée où les Léopards accueilleront le Sily National le 6 novembre au stade des martyrs de la pentecôte.

« Notre victoire face à la Libye n’a pas suffit pour prendre la tête du groupe. Il reste encore un match, on se doit d’y croire malgré tout. Tout est possible», a balancé l’attaquant de Villarréal sur les réseaux sociaux.

 

#team243#Léopards#J.Angegwa#Rdcongoleopardsfoot.com#

Laisser un commentaire

comments