Florent Ibenge a vendu V. Club à 100 francs congolais, le prix d’un sachet d’un marque de lait que l’entraîneur fait la publicité.

Que ressentez-vous dans la pensée de la chanson scandée dans les rues de la capitale ?

Non. Ce n’est pas scandé dans les rues de la capitale. Il faut dire la vérité, ce n’est pas dans les rues de la capitale. C’est scandé par les supporters du FC Renaissance du Congo. Ça c’est une manifestation de la colère des supporters de ce club parce que sur les 26 Léopards convoqués pour les éliminatoires du CHAN, il n’y aucun joueur de leur équipe. La vérité c’est ça. Il faut dire la vérité. Il ne faut pas cacher la vérité. La seule vérité c’est ça. Puisque, il n’y a pas un joueur de Renaissance en équipe nationale qu’il faut commencer à insulter les gens. Est-ce que ça s’appelle de l’éduction ? Je laisse libre court à ceux qui se permettent d’insulter les autres.
On prend un joueur de Renaissance et puis on le compare aussi. Je n’ai absolument rien contre Renaissance du Congo. Au contraire, c’est un club qui a amené de la fraîcheur dans le stade. Les supporters aident leur club financièrement, c’est une très bonne chose. Ils mettent une ambiance exceptionnelle dans le stade, ils poussent véritablement leur équipe en vue de décrocher des victoires. De ce côté-là, félicitations à eux. Mais le mauvais côté, ce sont les insultes.
Les insultes n’amènent à rien. Ça amène de dégradation, ça amène tout ça. Le fait qu’il n’ait pas des joueurs de Renaissance en équipe nationale, c’est mon choix. Si quelqu’un d’autre avait fait un choix, peut-être, il aurait pris des joueurs de Renaissance. Mais encore une fois, il faut être objectif. Il faut regarder les choses tranquillement. J’ai juste expliqué mon choix. Quel joueur de Renaissance peut jouer en équipe nationale ? Le petit  » Rachidi  » ? Il n’a disputé que cinq matches à l’Epfkin. Il peut postuler pour jouer. Je l’ai dit : il peut postuler. La sélection pour le CHAN, ça se passe au mois de janvier. Là on est au mois d’octobre. S’il continue à bien prester, la porte n’est pas fermée. La porte n’est pas fermée pour ces garçons qui montrent les talents pas forcément pour le CHAN, mais aussi pour les Léopards.
A. Rachidi est en train de montrer de belles choses, de même pour Sisiko (Ndlr : Rodrigue Manga). Ce sont les deux fers de lance de cette équipe de FC Renaissance, mais ils sont encore jeunes, ils sont en train d’arriver. Maintenant, il faut regarder dans la concurrence. Sissoko joue au même poste que Jean-Marc Mundele, au même poste que Richard Kule Mbombo.
Ce sont des gens qui ont été déjà buteurs de championnat de l’Epfkin, moins fort que la Division I organisée par la Linafoot. Alors, vous froidement, vous allez faire un choix. Vous allez laisser les gens qui étaient meilleurs dans ce championnat, et qui sont meilleurs par rapport à leur championnat, je ne sais pas. Si vous faites un choix de ce côté-là, je pense que c’est un choix par défaut.
De l’autre côté, vous prenez un petit comme Rachidi (Renaissance) qui est en train de monter. Il a aussi un problème de concurrence. Il joue au même poste que Ricky Tulengi de DCMP. Ce dernier a joué dans l’AS Dragons et a été élu meilleur joueur du championnat de l’Epfkin. Il est allé chez Arc-en-ciel, élu encore meilleur joueur du championnat de l’Epfkin. Vous allez laisser celui qui a déjà été élu meilleur joueur de championnat. Il est parti chez DCMP, il est tout feu tout-flamme. Vous laissez ce joueur-là pour prendre un joueur qui a encore cinq matches à l’Epfkin. Je ne sais pas si vous trouvez ça un choix logique. Tant mieux pour vous, moi je ne trouve pas ça logique. Je trouve des gens qui sont en avance. Des gens comme Jimmy Bayindula dit  » Kovo « . Ce garçon, l’an dernier, a marqué 18 buts en 14 matches dans ce championnat de l’Epfkin.



Que pouvez-vous dire alors aux sportifs congolais par rapport à cette situation ?

Il faut aimer le pays. L’équipe nationale est au-dessus du club. Ça fait partie de l’amour qu’on a pour son pays. On aime son club, c’est sûr, mais quand l’équipe nationale, c’est tout le pays. Quand un club gagne, ce n’est pas tout le pays. Il ne faut pas diminuer l’équipe nationale. Il ne faut pas, parce qu’on n’a pas pris le joueur de votre équipe, en vouloir à l’équipe nationale. Je ne vois même pas de rapport avec ça. Si on n’a pas pris un joueur de votre équipe, et alors où est le problème. Restez encourager votre équipe. Si on ne prend le joueur de votre équipe, vous commencez à détester l’équipe nationale. C’est vraiment un sentiment qui ne cadre pas avec le patriotisme. C’est de la trahison, c’est de la traitrise.

Quel est le rêve de Florent Ibenge ?
Le rêve ? Moi, je ne rêve pas beaucoup. Peut-être amener un jour l’équipe nationale à la Coupe du monde de la Fifa, puisque la dernière participation remonte en 1974. Mais ce n’est pas un rêve, c’est une volonté.

#Pascal Likana#Rdcongoleopardsfoot.com#

Laisser un commentaire

comments