Sur RFI, Constant Omari qui était allé superviser l’élection du président de la Fédération béninoise, a déclaré n’avoir rien à se reprocher.

Il a fait savoir que c’est la FIFA qui allait réagir dans ce dossier :

« Je ne réagirai pas. C’est la Fifa qui va réagir. Je suis observateur mandaté par la FIFA. J’ai observé. J’ai assisté à l’assemblée générale. Il n’y a pas d’acte que j’ai posé. Nulle part, vous ne verrez ma signature dans un document de leur assemblée générale. C’est une folie, c’est tout. Quand les gens ont la folie de grandeur, ils veulent salir les gens, que voulez-vous. Ca n’engage en rien la FIFA, ça ne concerne qu’un conflit entre des individus au sein de la Fédération béninoise. Nous attendons la réaction de la FIFA. »

 

Jeudi dernier, ces différents acteurs ont été invités à venir s’expliquer devant les juges, ce qu’ils n’ont pas daigné faire, se contentant d’envoyer leur avocat conseil. Blessé dans son amour propre, le juge a lancé un mandat  d’arrêt contre les membres du bureau de la FBF, ceux du Conor, ainsi que Zéphyrin Déguenon. Le président de la Fédération congolaise (Fécofa), Constant Omari, et son homologue de la Fédération ivoirienne (FIF), Sidy Diallo, émissaires de la FIFA et de la CAF au dit congrès, écopent eux d’un mandat d’arrêt international. Les clefs d’accusation qui pèsent sur eux sont les suivants : violation des textes, faux et usage de faux et refus de collaborer avec la justice béninoise.#Finafa H#radio okapi#Rdcongoleopardsfoot.com#

Laisser un commentaire

comments